test3.png

Thèmes de recherche     Approches techniques     Neuropharmacologie     Dopamine     Membres     Publications     Nous joindre

La dopamine Dans le cerveau normal et malade

 

 

Les neurones dopaminergiques sont importants pour de nombreuses fonctions normales du cerveau. Ils sont aussi la cible de nombreuses drogues d’abus telles que la cocaïne et l’amphétamine. Ils sont également impliqués dans les mécanismes physiopathologiques de maladies comme la maladie de Parkinson, la schizophrénie, les troubles de l’attention ainsi que la maladie de Huntington. De plus, certains des médicaments les plus prescrits, incluant les antipsychotiques et les psychostimulants ont comme cible la dopamine ou ses récepteurs.

Dans ce contexte, notre équipe a pour but de mieux comprendre les mécanismes multiples qui contrôlent le fonctionnement de ces neurones dans le cerveau ainsi que leur capacité à produire et libérer la dopamine et d'autres messagers chimiques. Nous portons une attention particulière aux propriétés fondamentales des terminaisons axonales et des dendrites de ces neurones. Nous cherchons aussi à comprendre comment le fonctionnement de ces neurones est perturbé dans la maladie de Parkinson.

Nos découvertes mettent à jour de nouvelles connaissances fondamentales sur les neurones qui produisent la dopamine. Elles pourraient un jour mener à de nouvelles stratégies permettant de mieux traiter les diverses maladies impliquant ce fascinant système de neurotransmission.

 
 

THÈMES DE RECHERCHE

Nous nous intéressons à plusieurs des mécanismes qui régulent la libération de dopamine dans le cerveau:

En savoir plus →

APPROCHES TECHNIQUES

Nos expériences sont réalisées principalement sur le cerveau de souris. Nous étudions les neurones à l'aide de nombreuses techniques de biologie cellulaire et moléculaires:

En savoir plus →

Sans titre.jpg

RÉGULATION DE la libération de dopamine

Modulation de la sécrétion de dopamine par les neurones dopaminergiques.

Développement de l'arborisation axonale des neurones dopaminergiques.

Études de la connectivité des neurones dopaminergiques.

Cotransmission dopamine/glutamate.

Mécanismes de la libération somatodendritique de la dopamine.

Origines de la vulnérabilité sélective des neurones dans la maladie de Parkinson. 

Dysfonctions mitochondriales dans la maladie de Parkinson.

Image1.png

Notre modèle expérimental principal est la souris. Nous prenons avantage d'un grand nombre de techniques classiques et modernes de biologie cellulaire et moléculaire

 

Électrophysiologie (patch clamp) et optogénétique.

Voltamétrie cyclique (pour la mesure de dopamine).

Imagerie digitale en fluorescence.

Imagerie confocale.

Culture cellulaire (prinicpalement la culture primaire de neurones)

Immunofluorescence et immunobuvardage.

Mesures d'ARNm par TR-PCR.

Analyses de la bioénergétique cellulaire (Seahorse bioanalyzer).

Transfection transitoire (virus).

Préparation de tranches de cerveau

Composite.jpg

maladie de parkinson et drogues d'abus: 
pourquoi étudier la dopamine?

Le laboratoire du Dr Trudeau s'intéresse à un messager chimique du cerveau appelé "dopamine". Mais pourquoi s'intéresser à ce messager, également appelé "neurotransmetteur"? La raison principale est que plusieurs maladies, telles que la maladie de Parkinson, la toxicomanie et la schizophrénie sont accompagnées de certaines perturbations de la production et de la libération de dopamine dans le cerveau. Afin de trouver de nouvelles pistes pour traiter ces maladies, il est essentiel de mieux comprendre comment fonctionnent les cellules du cerveau qui produisent la dopamine.  

Maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson est une maladie du cerveau grave et essentiellement incurable. Les symptômes les plus visibles sont d'ordre moteur, tels que des tremblements au repos, des ralentissements du mouvement ou des épisodes de "freezing". Ces symptômes sont causés en grande partie par la mort d'un sous-groupe de neurones dopaminergiques. La maladies est également incapacitante en raison de la présence de nombreux autres symptômes non-moteurs, incluant des problèmes olfactifs, du sommeil et du système nerveux périphérique. Les causes exactes de cette maladie ne sont pas encore bien comprises. Cependant, au cœur de la maladie se retrouvent probablement une dysfonction de plusieurs processus cellulaires tels que la production d'énergie par les mitochondries, l'élimination d'agrégats pathologiques de protéines et la production excessive de dérivés réactifs de l'oxygène.  Les médicaments actuels sont purement symptomatiques et la recherche actuelle vise à identifier de nouvelles stratégies pour ralentir la mort des neurones dopaminergiques.

Dépendance aux drogues

La dépendance se caractérise par une recherche compulsive de drogue qui se développe généralement suite à une consommation répétée. Le développement d'une dépendance dépend de plusieurs facteurs: type de drogue, voie et fréquence d'utilisation, disponibilité, stress etc... Une susceptibilité génétique; est également probable. Bien que les différentes drogues (cocaïne, alcool, nicotine, héroïne etc...) aient des effets physiologiques et psychologiques différents, elles agissent toutes, d'une façon ou d'une autre, sur la libération de dopamine dans le cerveau. Les différentes drogues semblent laisser une "trace" dans le cerveau, à la manière d'une mémoire à long terme. Peu d'outils pharmacologiques sont présentement disponibles pour aider à briser le cercle vicieux de la dépendance.

L'espoir par la recherche

Les travaux de recherche exécutés actuellement dans le laboratoire du Dr Trudeau visent à mieux comprendre les mécanismes fins qui contrôlent le fonctionnement des neurones dopaminergiques et l'origine de leur grande vulnérabilité dans la maladie de Parkinson . La recherche est effectuée à l'aide de cerveaux de souris, des animaux qui possèdent un cerveau qui ressemble à celui de l'être humain de façon étonnante. La recherche est de nature fondamentale, mais l'espoir est que ces travaux permettront d'identifier des pistes nouvelles pour le traitement de maladies comme la maladie de Parkinson, la toxicomanie ou la schizophrénie.

DSC_8852.JPG

Si vous êtes intéressé à vous joindre à notre équipe en tant qu'étudiant aux études supérieures ou stagiaire postdoctoral, envoyez votre CV ainsi que votre plus récent relevé de notes par courriel au Dr Trudeau. Prière de noter que bien que les activités de recherche dans le laboratoire s'effectuent tant an français qu'en anglais, une bonne connaissance du français est nécessaire pour les études supérieures à l'Université de Montréal.

 

 

Contact

Dr Louis-Eric Trudeau

courriel

Département de pharmacologie et physiologie

Département de neurosciences

Bureau: local S-401 - Pavillon Roger-Gaudry

Laboratoire: local S-405 -Pavillon Roger-Gaudry

Tél.: (514) 343-5692 (bureau) ou 343-6111 poste 3821 (Labo) 
Fax: (514) 343-2291

 

Adresse postale:

Département de pharmacologie et physiologie

Université de Montréal
C.P. 6128 - Succursale Centre-ville
Montréal - Québec,  H3C 3J7

 

Adresse pour livraisons:

Département de pharmacologie et physiologie

Local S-405, pavillon Roger-Gaudry

Université de Montréal
2900 Boulevard Édouard-Montpetit

Montréal, Québec, H3T 1J4

 

Liens utiles

Département de pharmacologie et physiologie

Département de neurosciences

Groupe de Recherche sur le Système Nerveux Central

Society for Neuroscience

Association Canadienne des Neurosciences

Site de l'Université de Montréal: informations utiles pour l'admission